français


Le sapin blanc se distingue de l’épicéa (ou épicéa commun) par ses pommes de pin verticales. Il possède un reflet argenté au-dessous des aiguilles, et pousse tout droit vers le haut. Le pouvoir guérisseur du sapin est quasiment similaire à celui de l’épicéa.

Les bourgeons de sapin sont bienfaisants pour la gorge et en cas de toux, d'enrouement et de catarrhe.


Les bourgeons de sapin se sont toujours révélés d’excellents remèdes contre la toux. Un sirop contre la toux fait à partir d’extraits de bourgeons frais de sapin, de vin cuit (suisse), de sucre de canne roux et de miel apaise les toux très encombrées suite à une bronchite aiguë ou à une inflammation des organes respiratoires.

Pour l’épicéa comme le sapin blanc, les jeunes bourgeons sont récoltés en mai, durant la floraison (la cueillette est interdite en de nombreux lieux). On peut les manger directement, comme le faisait Alfred Vogel, mais l’idéal est de prendre un sirop contre la toux fait à partir des bourgeons, ou de sucer les célèbres bonbons Santasapina.

Thé aux rameaux de sapin et bain aux aiguilles de sapin

À partir des jeunes bourgeons, des rameaux et des aiguilles, on peut également produire un thé « aux rameaux de sapin ». En voici la recette : verser de l’eau bouillante sur les bourgeons, laisser infuser 10 minutes, filtrer et ajouter du miel avant de boire. Le thé aux rameaux de sapin serait un remède remarquable contre la fatigue du printemps, la toux, les états grippaux et l’inflammation de la vessie. En cas de rhume ou pour renforcer les nerfs, un bain aux aiguilles de sapin est recommandé. On peut pour cela verser directement le thé aux rameaux de sapin dans l’eau du bain. Pauline Felder, dans son livre « Von der Heilkraft unserer Bäume (Du pouvoir guérisseur de nos arbres) nous livre cette recette : « On peut aussi faire cuire des branches de sapin fraîches pendant 20 minutes dans une casserole, l’ôter du feu, s’asseoir devant avec une serviette sur la tête et inhaler la vapeur ».

 

Histoire

Certains chercheurs pensent que Noé aurait bâti son arche en bois de sapin. D’autres prétendent que le plus célèbre des bateaux de sauvetage aurait été en bois d’épicéa, de cèdre ou de genévrier. Quoi qu’il en soit : chez nous, le sapin ne joue pas un rôle important dans l’histoire de la religion et des légendes. Il en va tout autrement pour les peuplades du Caucase, de l’Altaï et de la Sibérie : le sapin comme le bouleau font partie des arbres sacrés ou arbres « interdit », des rites initiatiques sont pratiqués autour d’eux, ils abritent l’âme des défunts.

 

Étymologie

Dans notre culture, [en allemand ancien], le terme tanna signifiait « bois ». Abies apparaît pour la première fois dans les écrits de l’historien romain Pline. L’épithète alba (=blanc) se réfère à l’écorce et au bois – un bois qui sert de formidable caisse de résonance pour les instruments de musique, utilisé par ailleurs depuis longtemps et encore de nos jours comme bois de construction.


 

Botanique

 La famille Abies comprend 40 variétés dans le monde. Outre le sapin blanc européen (en latin Abies alba) le sapin de Céphalonie, le sapin du Colorado, le sapin de Corée et le sapin géant présent en Amérique du Nord font partie du clan. Les sapins blancs peuvent vivre très longtemps et devenir très grands. On a retrouvé des arbres de 500 à 600 ans, d’une taille de 68 mètres (et d’un diamètre de 3,80 m). Reste qu’avec sa taille normale atteignant tout de même jusqu’à 60 mètres, le sapin noble défie les plus grands arbres locaux. L’if commun, l’autre nom du sapin blanc, possède une cime tabulaire, de forme conique, qui s’arrondit en vieillissant. Plus l’arbre vieillit, plus son écorce est fine, marron clair, argentée, presque blanchâtre. S’il pousse librement, il est feuillu presque jusqu’au sol.


 

Origines

Le sapin blanc, issu de la famille des pins (Pinaceae), est l’un des arbres européens les plus typiques qui façonnent le paysage et les forêts de nos régions, notamment dans les Alpes et le Jura. Les plus grands peuplements se trouvent dans les Pyrénées, le Massif central, les Vosges et la Forêt noire, à une altitude entre 400 et 100 mètres, dans de rares cas jusqu’à 2000 mètres. Ce conifère pousse généralement sous les climats aux étés chauds, aux précipitations nombreuses, en peuplement pur, en forêt mixte parmi les hêtres, ou parmi les épicéas, les hêtres et les pins sylvestres. La pollution constitue l’une des causes principale à la disparition des sapins, observée depuis quelques décennies. Le sapin blanc y est extrêmement sensible, contrairement à de nombreuses espèces (il représente d’ailleurs un indicateur essentiel pour la qualité de l’air).

 
Nous suivre sur Facebook

imprimerprint-icon

0 produit(s) dans le panier