français

Accueil / Thémes/Troubles / Problèmes de peau à la ménopause

Problèmes de peau à la ménopause

3

La ménopause représente une période de changement pour les femmes. Les modifications de la peau en sont un signe visible perceptible. En raison de la baisse de la production d’œstrogènes, la peau devient plus sèche, et perd de l’élasticité. Imperfections, boutons et éruptions peuvent devenir envahissants. Pour contrecarrer cette tendance, il faut appliquer un soin adapté, se nourrir correctement et recourir à certains remèdes naturels.

Image: Fotolia / Robert Kneschke


Grâce aux hormones sexuelles, les femmes ont la peau naturellement plus douce que celle des hommes. Les œstrogènes contribuent en grande partie à la formation du collagène, une protéine fibrillaire. Durant la jeunesse, la peau se compose à 80 % de collagène. Tant que cette structure, semblable à un cordage, fonctionne de manière optimale, la peau reste lisse et douce. La capacité de gonflement du collagène lui permet en outre de stocker l’eau efficacement. Cela renforce la peau de l’intérieur. Du fait de la diminution du taux d’hormones, l’épiderme s’amincit et devient plus fragile. Le derme situé en dessous perd un tiers de son collagène au cours des cinq années suivant la ménopause. La peau est moins souple, elle n’est plus correctement hydratée. La régulation naturelle de la teneur en graisses ne fonctionne plus aussi bien que pendant les jeunes années. Tout cela rend la peau plus sèche et plus fragile. Des imperfections apparaissent parfois sur le visage. Au tout début de la ménopause, certaines femmes ont des boutons. Là encore, la variation hormonale est en cause. Si la production d’œstrogènes est ralentie, celle de la testostérone en revanche (hormone mâle) reste stable. En cas d’excès de testostérone, à partir de 50 ans, des boutons peuvent soudain apparaître. Les études révèlent cependant que les personnes concernées sont généralement celles qui souffrent de stress. En effet, le stress favorise la production de testostérone. Les muqueuses sont elles aussi touchées par ces changements. Environ 40 % des femmes remarquent une sécheresse vaginale. Les conséquences sont des irritations et des douleurs lors des rapports sexuels. Le risque d’infection augmente, car les microbes et les mycoses sont moins bien repoussés.

Auteur: Annette Willaredt

Une hygiène adaptée

 


Il n’est malheureusement pas possible d’éviter que la peau se dessèche et perde de son élasticité. On peut cependant freiner ce processus. Notamment concernant les irritations et les imperfections, il faut veiller à ce que les produits cosmétiques ne les aggravent pas. Comme soin du corps, des savons doux et surgras sont recommandés. Une douche pas trop chaude dessèche moins la peau qu’un bain. L’application d’une crème est essentielle. Les crèmes ou gels contenant des substances organiques comme l’acide hyaluronique ou l’urée (acide urique) aident la peau à rester hydratée. C’est important notamment pour des parties du corps comme les tibias, souvent extrêmement secs chez les femmes, et risquant de s’écailler. Pour le visage, attention à éviter les substances irritables comme l’alcool, les parfums ou les agents conservateurs, car elles peuvent être néfastes à une peau sensible. À l’âge mûr, la peau du visage a besoin d’une crème graissante et hydratante, à appliquer deux fois par jour. En cas de boutons, il ne faut surtout pas recourir aux produits pour les jeunes en phase de puberté. Ils irriteraient encore plus la peau sèche. Des expériences avec les produits de soin les plus divers révèlent par ailleurs que ces produits nuisent plus qu’ils ne soignent. Une consultation chez le dermatologue est vivement recommandée. En cas de sécheresse ou d’irritation vaginale, tout ce qui améliore l’irrigation du bassin est bénéfique, comme la gymnastique périnéale, la marche ou le vélo. Pour soulager les douleurs pendant les rapports sexuels, un gel lubrifiant peut être utile.

Protection contre les UV

Avec l’âge, la sensibilité de la peau à la lumière augmente. En effet, la production de la mélanine, qui permet le bronzage et protège des coups de soleil, diminue lentement. En outre, le réseau stabilisateur des fibres de collagènes de la peau est endommagé par les rayonnements massifs d’UV. Ainsi, au plus tard lors de la ménopause, il vaut mieux éviter les longs bains de soleil et les séances au solarium. En cas d’ensoleillement intense, les crèmes présentant un indice de protection élevé doivent être privilégiées. Ou, mieux encore, il faut choisir une place à l’ombre pendant les heures les plus chaudes. La peau des femmes d’âge mûr est également sensible à l’air sec, comme par exemple le chauffage. Les humidificateurs d’air ou simplement un bol d’eau sur le chauffage peuvent être utiles.

Boire beaucoup

 


Pour éviter la peau sèche, il est essentiel de boire suffisamment. Le besoin en hydratation augmente durant la ménopause, tandis qu’en même temps, la sensation de soif diminue. Par conséquent, de nombreuses femmes ne boivent pas assez. Le corps a besoin d’au moins deux litres de liquide par jour, idéalement de l’eau ou des infusions aux fruits non sucrées. Une belle peau dépend des bonnes substances nutritives. Par conséquent, les femmes doivent particulièrement veiller à adopter une alimentation variée et équilibrée. Une grande quantité de fruits et de légumes, noix et noisettes, légumineuses, produits au blé complet, du poisson et un peu de viande maigre fournissent les vitamines, les sels minéraux, les oligoéléments et les acides aminés indispensables à un joli teint.

Remèdes naturels

Certains remèdes naturels, habituellement utilisés contre d’autres troubles de la ménopause, sont bénéfiques à la peau. Le trèfle rouge (sous forme de préparations) par exemple, est riche en isoflavones. Ces substances végétales secondaires sont considérées comme des hormones végétales, de structure semblable à celles des œstrogènes. Elles peuvent efficacement assister l’organisme durant la ménopause. Les produits au soja, les graines de lin et l’huile de lin contiennent également des phytohormones. Les graines de lin sont riches en acides gras oméga 3, très précieux pour le métabolisme cellulaire ainsi que pour l’hydratation et l’élasticité de la peau. Le mécanisme d’action de l’actée à grappes (préparations) n’est pas encore entièrement élucidé. Les toutes dernières études indiquent que ce ne sont pas seulement les phyto-œstrogènes qui ont un effet positif sur les troubles de la ménopause. On constate par cependant une influence bénéfique sur la sécheresse vaginale.

Nous suivre sur Facebook

Lecture recommandée:

 

 

 

Portraits de plantes médicinales et aromatiques avec plus de 250 recettes pour votre santé, votre beauté et la cuisine.

 

0 produit(s) dans le panier