français

Accueil / Themes de santé / C'est la saison de l'échinacée

Echinacée : c'est la saison !

Echinacée pourpre Moench (Echinacea purpurea)

1

Le nez qui coule, un toux bien carabinée et des maux de gorge – voilà ce que nous réservent chaque année les mois d’'hiver. Quiconque souhaite échapper aux virus grippaux et infectieux omniprésents en cette saison ne peut se passer d’'un système immunitaire efficace.

 

Comme chacun sait, la cause d’un « refroidissement » n'’est pas le froid hivernal mais plutôt les agents pathogènes particulièrement taquins avec nous à cette époque de l’année. Les virus responsables des symptômes désagréables sont aujourd’hui en nombre suffisant : Les scientifiques en connaissent à l’heure actuelle plus de 200 de types différents. Qu’on les appelle Rhino, Corona, Coxsackie ou Adeno, ces virus produisent tous des symptômes similaires. Et efficaces, puisqu’avec une moyenne de deux à quatre épisodes par personne et par an, les refroidissements représentent la cause la plus fréquente d’absence à l’école et au travail.

La grippe (influenza) est également déclenchée par des virus et peut s’avérer beaucoup plus dangereuse qu’un refroidissement, en particulier pour les nourrissons, les jeunes enfants et les personnes d’un certain âge.

Pourquoi est-on si souvent victime de refroidissements en hiver ?

Les virus agressifs sont favorisés par des pièces bien tempérées et trop peu aérées, l’air du chauffage qui assèche les muqueuses, la foule dans les transports en commun, ainsi que par le refroidissement de certaines parties du corps exposées – comme les oreilles, le nez, les doigts et les orteils – ce qui affaiblit les défenses immunitaires.

La « vitamine du soleil » D joue également un rôle important. Comme des scientifiques danois l’ont découvert, elle constitue un « déclencheur » pour le système immunitaire : les cellules tueuses des défenses immunitaires ne sont activées et ne combattent les agents pathogènes qu’en présence d’une quantité suffisante de vitamine D. Si elle manque, les cellules immunitaires restent inactives.

Or, notre organisme ne peut produire qu’une ébauche de cette matière et, dans la mesure où la formation de vitamine D nécessite l’exposition de la peau au soleil, un manque hivernal de vitamine D pourrait être responsable d’un important affaiblissement du système immunitaire.

Déclencheurs à la chaîne

Notre système immunitaire est une interaction de processus complexes qui aident l’organisme à neutraliser des substances dangereuses et des agents pathogènes comme les bactéries, les virus et les champignons, ainsi que des cellules malades. 

Le système immunitaire inné écarte les dangers grâce à des barrières, comme la peau et les muqueuses, mais aussi grâce à des composants sanguins qui détruisent les cellules endommagées et grâce à des réactions d’inflammation. Le système immunitaire spécifique que nous acquérons avec le temps constitue des cellules après un premier contact avec un agent pathogène ; ces cellules défendent notre organisme contre cet agent et, même après plusieurs années, notre système réagit rapidement et efficacement face à ce bacille « assimilé ».

Malheureusement, cela ne nous aide pas beaucoup en cas de refroidissement car les virus sont justement trop nombreux. Notre système immunitaire a à peine réussi à contrer un germe qu’un autre est déjà là. Par ailleurs, les virus peuvent changer : En modifiant un petit peu leur enveloppe extérieur et en se « déguisant » ainsi, ils peuvent duper nos défenses. 

Un bon système immunitaire est la meilleure défense contre les attaques virales en hiver.

Auteure : Claudia Rawer

En savoir plus :

Nous suivre sur Facebook

0 produit(s) dans le panier